Une rencontre décisive

Le point de départ de l’association a été la rencontre de deux femmes aux profils atypiques : Chantal Lebrat, 55 ans, atteinte de sclérose en plaques et Sophie-Victoire Trouiller, 27 ans, aveugle de naissance.
Professionnelle de la communication pour des organisations internationales (CICR, OSCE, UE…), ancien officier supérieur de l’armée française et écrivain, membre de la Société des Gens de Lettres, Chantal Lebrat est parvenue à cacher durant toute sa carrière une sclérose en plaques récurrente-rémittente d’évolution progressive. Refusant le diagnostic et les traitements, elle enchaîne les missions dans les zones de guerre : Balkans, Caucase dont Tchétchénie, Moyen-Orient, Asie centrale ... Vingt-quatre ans plus tard, la maladie vainc son obstination. Handicapée dans ses mouvements et ne pouvant renouveler son contrat de mission, elle s’installe à Cannes. « Je pensais qu’avec trois diplômes universitaires de second cycle et plusieurs langues étrangères, dont le russe, je réussirais ma reconversion », se souvient-elle. Mais toutes ses tentatives pour retrouver une activité salariée, en entreprise ou en administration, se révèlent infructueuses. Néophyte en matière d’AAH, elle fait les frais de la complexité d’un système de calcul qui réduit son allocation de moitié, pour avoir mis de l'argent de côté en prévision d'une aggravation de son état. Elle vit alors l’expérience douloureuse des minima sociaux et des fins de mois difficiles.
Bloquée dans cette impasse professionnelle, elle décide de reprendre un master de droit privé interrompu des années plus tôt. Elle rencontre alors Sophie-Victoire Trouiller, aveugle de naissance, à l’occasion d’un partiel de l'université de Paris 1. Déjà diplômée d’un second cycle en relations internationales, la jeune femme est toujours en recherche d’emploi, malgré une aisance rédactionnelle avérée et une grande capacité d'écoute et d'analyse. Impressionnée par son potentiel, Chantal Lebrat s'étonne qu’aucune entreprise handy-engagée ne se soit intéressée à son profil. Elle lui propose donc la co-rédaction d’un ouvrage sur le handicap et l’emploi, partant du constat que la prospection du marché du travail avec ou sans diplômes, est un parcours solitaire semé d'embûches, notamment pour les personnes handicapées titulaires de l'AAH. En attendant de vraies réformes, la lecture d’une série de nouvelles, imaginées et écrites par la jeune femme, la convainc de la nécessité de transmettre à d’autres ces perceptions inattendues du monde qui nous entoure. Ainsi, naît la première collection des éditions RENAISSENS : « Entendre et voir autrement ».